Netflix et Amazon devront investir 20 à 25% dans la création française

La pandémie mondiale a bouleversé le quotidien. Tous les projets, les sorties le week-end, les jours d’école, tous ont été stoppés dans le temps. Les projets de loi, eux aussi, ont été mis sur pause. Pour le gouvernement français, la réforme qui allait apporter un nouveau souffle dans la cinématographie a été suspendue. Un investissement portant sur plusieurs millions d’euros qui allait totalement changer la promotion culturelle de la France. Ce projet de loi a été lancé par l’ancien ministre de la Culture et a ensuite été repris par son successeur. Un projet qui a pour objet de motiver les géants du streaming tels que Netflix et Amazon à investir dans la cinématographie française.

Un tremplin pour le cinéma français

Pour le ministre de la Culture actuel, c’est une révolution qui se met en marche. C’est une stratégie qui a pour but de promouvoir la culture française. Il propose aux plus grands tels que Netflix et Amazon à investir dans des films français. Leur politique est donc de les encourager à investir pour bénéficier de certaines faveurs. En effet, ils devront investir un pourcentage de leur chiffre d’affaires réalisé sur le territoire français dans la création de film français. Un engagement qui porte de 20 à 25 % de leur chiffre d’affaires. Une fourchette qui se retrouve en dessous du plancher annoncé par l’ancien ministre de la Culture. Le planché annoncé par ce dernier a été de 25 %.

Réforme pour le monde de l’audiovisuel ?

Pour les producteurs français, c’est un rebondissement. C’est un point parmi les réformes proposées pour faciliter l’insertion de la France dans le monde de la cinématographie. Il s’agit en effet d’un politique d’investissement pour séduire Netflix et Amazon à investir dans des films français. Ce qui permet non seulement de promouvoir la culture française, mais aussi à les encourager à participer à l’économie du pays. Ce projet de réforme a été présenté en révision vers la fin de l’année 2019. Suite à la pandémie, l’examen de ce projet a été suspendu.

La contrepartie pour les sites de streaming

Pour les parties concernées, c’est du gagnant-gagnant. Pour appâter Netflix et Amazon à investir dans des films français, l’Etat leur propose une contrepartie qu’ils ne peuvent pas décliner. Effectivement, ils vont bénéficier d’un assouplissement sur la réglementation de la chronologie des médias. Au lieu d’attendre trois longues années avant de pouvoir mettre en ligne un film, ils pourront jouir d’un raccourcissement de cette durée. Plus besoin d’attendre une longue période pour mettre en ligne les films sortis en salle.